La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose

Auteure
Diane Ducret

Résumé
Après avoir été quittée à Gdansk, Enaid se rend à l’évidence : les fées n’ont pas été généreuses avec elle. Elle découvre que ses parents adoptifs sont en fait ses grands-parents, que sa mère est danseuse de nuit déchue de ses droits, que son père a changé de religion. En quête d’une résilience, elle décide de résister, comme les flamants roses qui trouvent toujours la force de se relever.

Avis
C’est grâce à Yann Moix que j’ai lu ce livre. En effet, l’auteur de cineman, il est toujours bon de le rappeler,  s’est permis d’être insultant gratuitement envers cette auteure dont il n’avait qu’effleuré le livre. Son intervention était à la critique ce qu’une bouse de vache est à la gastronomie. Aucun argument si ce n’est quelques raccourcis vaseux pour faire le buzz.
Bref, du coup je me suis dit, ce livre doit être très bien.
Le début est un peu trop anecdotique mais c’est une volonté de l’auteure et on le comprend par la suite.
L’écriture, assez spécifique, reste toutefois intéressante mais semble parfois se rapprocher plus d’une livre intime. Intime, ce livre l’est assurément. On plonge profondément dans la vie de Eniad (Diane à l’envers) dans cette histoire presque auto-biographique.
On s’émeut de suivre tous ces obstacles qui  lui barrent sa difficile route de vie.
Mais surtout on admire cette force intérieure qui l’habite et qui la porte haut.
Si vous accrochez à son écriture, vous passerez un bon moment.

Cote
7/10

Dates de lecture
11/06/2018 au 14/06/2018