Une joie féroce

Auteur
Sorj Chalandon

Résumé
Jeanne est une femme formidable. Tout le monde l’aime, Jeanne.
Libraire, on l’apprécie parce qu’elle écoute et parle peu. Elle a peur de déranger la vie. Pudique, transparente, elle fait du bien aux autres sans rien exiger d’eux. A l’image de Matt, son mari, dont elle connaît chaque regard sans qu’il ne se soit jamais préoccupé du sien.
Jeanne bien élevée, polie par l’épreuve, qui demande pardon à tous et salue jusqu’aux réverbères. Jeanne, qui a passé ses jours à s’excuser est brusquement frappée par le mal. « Il y a quelque chose », lui a dit le médecin en découvrant ses examens médicaux. Quelque chose. Pauvre mot. Stupéfaction. Et autour d’elle, tout se fane. Son mari, les autres, sa vie d’avant. En guerre contre ce qui la ronge, elle va prendre les armes. Jamais elle ne s’en serait crue capable. Elle était résignée, la voilà résistante. Jeanne ne murmure plus, ne sourit plus en écoutant les autres. Elle se dresse, gueule, griffe, se bat comme une furie. Elle s’éprend de liberté. Elle découvre l’urgence de vivre, l’insoumission, l’illégalité, le bonheur interdit, une ivresse qu’elle ne soupçonnait pas.
Avec Brigitte la flamboyante, Assia l’écorchée et l’étrange Mélody, trois amies d’affliction, Jeanne la rebelle va détruire le pavillon des cancéreux et élever une joyeuse citadelle.

Avis
À nouveau un agréable roman de cet auteur à la qualité indéniable. Alors que l’on part sur l’histoire d’une femme confrontée au cancer, le roman bifurque vers un combat de femmes qui cherchent à donner un sens à leurs existences. Une belle lecture à conseiller.

Cote
8/10

Dates de lecture
15/10/2019 au 29/10/2019

Profession du père

Auteur
Sorj Chalandon

Résumé
« Mon père a été chanteur, footballeur, professeur de judo, parachutiste, espion, pasteur d’une Eglise pentecôtiste américaine et conseiller personnel du général de Gaulle jusqu’en 1958. Un jour, il m’a dit que le Général l’avait trahi. Son meilleur ami était devenu son pire ennemi. Alors mon père m’a annoncé qu’il allait tuer de Gaulle. Et il m’a demandé de l’aider.
Je n’avais pas le choix.
C’était un ordre.
J’étais fier.
Mais j’avais peur aussi…
À 13 ans, c’est drôlement lourd un pistolet. »

Avis
Commençons par le style. Si vous n’avez jamais lu Chalandon attendez-vous à une claque littéraire. C’est puissant, c’est riche, c’est coloré bref c’est magnifique.
A ce stade on ne parle plus de talent mais de perfection.
Ensuite parlons de l’histoire en elle-même. Racontée par l’enfant, celle-ci va vous émouvoir, vous enrager, vous surprendre, vous énerver, vous étonner et au final vous séduire. On vit l’histoire au travers des yeux du fils dans sa difficile enfance. Celui-ci, écrasé par un père à l’esprit fortement dérangé et abandonné par une mère perdue devant les réactions de son mari, tente de se construire malgré tout. Mais dans une vie remplie de mensonge, comment distinguer le vrai du faux.
Malgré tout, on sent l’envie de ce fils de faire plaisir à son père coûte que coûte.
Une très belle histoire et une écriture parfaite, ce livre est une obligation dans votre vie de lecteur.

Cote
9/10

Dates de lecture
24/01/2018 au 28/01/2018