This rough magic

Auteure
Mary Stewart

Résumé
When Lucy Waring’s sister Phyllida suggests that she join her for a quiet holiday on the island of Corfu, young English Lucy is overjoyed. Her work as an actress has temporarily come to a halt. She believes there is no finer place to be “at liberty” than the sun-drenched isle of Corfu, the alleged locale for Shakespeare’s The Tempest. Even the suspicious actions of the handsome, arrogant son of a famous actor cannot dampen her enthusiasm for this wonderland in the Ionian Sea.

Avis
J’ai lu ce livre car mon fils devait le lire. Bon exercice de lecture en anglais.

Cote
6/10

Dates de lecture
21/08/2019 23/08/2019

La route

Auteur
Cormac McCarthy

Résumé
L’apocalypse a eu lieu. Le monde est dévasté, couvert de cendres et de cadavres. Parmi les survivants, un père et son fils errent sur une route, poussant un Caddie rempli d’objets hétéroclites. Dans la pluie, la neige et le froid, ils avancent vers les côtes du Sud, la peur au ventre: des hordes de sauvages cannibales terrorisent ce qui reste de l’humanité. Survivront-ils à leur voyage?

Avis
Ce livre post apocalyptique parle de la relation père-fils dans ce contexte difficile. Il aborde également la bestialité dans laquelle l’homme s’empresse de retourner dans des situations extrêmes.
Mais en fin de compte, il ne se passe pas grand chose dans ce livre. On suit le périple de ces deux protagonistes qui évitent au maximum les autres survivants et qui jouent à cache-cache avec une mort certaine.
Le style sec colle très bien à l’état d’esprit des deux personnages mais devient un peu lourd à lire sur l’ensemble.
Je sors donc un peu déçu par ce livre, peut-être car j’attendais trop de sa part.

Cote
6/10

Dates de lecture
26/03/2019 au 30/03/2019

Le journal d’Anne Frank

Auteure
Anne Frank

Résumé
C’est d’abord pour elle seule qu’Anne Frank entreprend l’écriture de son journal le 12 juin 1942. Mais au printemps 1944, le gouvernement néerlandais décide de rassembler, dès la fin de la guerre, tout écrit relatant les souffrances du peuple occupé. Du haut de ses treize ans, Anne Frank s’adresse alors à la postérité. Au fil d’un récit alerte et chaleureux, elle décrit à sa “chère Kitty” imaginaire sa pénible vie clandestine. Car Anne et les siens vivent cachés dans “l’annexe” des bureaux paternels. L’occasion pour la jeune fille d’observer et de consigner dans son précieux cahier les comportements de chacun, d’analyser avec une maturité étonnante les tensions psychologiques dont vibre le quotidien. Elle y confie aussi sa peur, ses rêves et ses ambitions, ainsi que ses premières amours et ses réflexions sur la religion.

Avis
Ce livre doit être pris plus comme le témoignage d’une vie en groupe dans un espace fermé que comme une expérience de la guerre.
En cela il est très intéressant mais reste toutefois un journal d’une ado, bien écrit il est vrai mais avec un intérêt toutefois limité.

Cote
6/10

Dates de lecture
03/02/2019 au 08/02/2019

La disparition de Stéphanie Mailer

Auteur
Joël Dicker

Résumé
30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers: le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres.
L’enquête, confiée à la police d’État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration.
Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque.
Avant de disparaitre à son tour dans des conditions mystérieuses.
Qu’est-il arrivé à Stephanie Mailer?
Qu’a-t-elle découvert?
Et surtout: que s’est-il vraiment passé le soir du 30 juillet 1994 à Orphea?

Avis
Un petit policier pour commencer l’année enfin pas si petit que cela vu la brique de plus de 600 pages.
L’intrigue est pas mal et même si on s’y perd un peu dans les nombreux personnages au début, la lecture est agréable… mais s’estompe vite.
On a l’impression de tourner en rond, d’avoir affaire à des policiers d’une incompétence rare alors qu’on les présente comme des perles et enfin, le plus décevant, on assiste à une série presque sans fin de rebondissements. Un peu, pour pimenter le suspens, ça va mais là c’est clairement de trop.
Je sors donc déçu de cette lecture pourtant bien noté sur les différents sites.

Cote
6/10

Dates de lecture
20/12/2018 au 01/01/2019

Sans elle

Auteure
Amélie Antoine

Résumé
Il était une fois une famille heureuse et unie.
Des jumelles de six ans qui se ressemblaient comme deux gouttes d’eau.
Des enfants fusionnelles qui grandissaient ensemble et s’adoraient.
Jusqu’à un soir de feu d’artifice où l’une d’elles se volatilise brutalement.
Il était une fois deux fillettes inséparables.
Jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’une.
Il était une fois une histoire qui n’a rien d’un conte de fées.

Avis
Je sors déçu de cette lecture.
Ce n’est pas un roman policier sur une disparition d’enfant mais un récit réaliste de ce que peut vivre la famille qui subit cette disparition douloureuse. Et c’est là que le bât blesse pour ma part. Je pense qu’il y a matière à aller bien plus profondément dans la psychologie des personnages. Je trouve donc le travail non abouti. Cette impression me vient peut-être du fait que j’ai lu Quatorze mois de Carine Russo où le réalisme est bien entendu présent mais qui rend ce livre-ci fade. De plus la fin semble tomber de nulle part et casse le livre en donnant un épilogue romanesque dramatique. Ce côté romanesque jure donc avec le réalisme voulu tout le long du livre.
Il faut préciser que ce livre va de paire avec ‘Avec elle’, livre qui décrit ce qui se serait passé si Jessica ne s’était pas perdue.
Peut-être qu’en lisant les deux, cela donnera plus de cohérence à l’ensemble.

Cote
6/10

Dates de lecture
02/10/2018 au 10/10/2018

Le Lac

Auteure
Azel Bury

Résumé
Sur les berges du Devil’s Lake, Alberta, Canada, Camille trouve par hasard le corps d’une adolescente, juste avant les grands froids et l’arrivée de la neige. Le choc est immense.
Pourquoi Claire Caine est-elle morte ? Et qui l’a sauvagement assassinée ?
L’enquête de Warren Kay, le beau flic natif, aidé d’Irma et Adriel, se déroule cette fois dans une réserve autochtone du Canada.

Avis
Dès le début on se sent bien dans ce livre et on sent que l’on va vivre un excellent moment d’intrigue, de mystère et de suspens.
Les personnages sont judicieusement déposés à leurs places et peints avec précision.
Première déception, le lac ne semble pas prendre pleinement sa place dans l’histoire, il est pourtant la promesse du titre.
Et puis petit à petit, au fil des chapitres, l’intérêt retombe. On se retrouve avec une histoire un peu pauvre, un peu téléphonée et quelques aberrations dans l’enquête (quand on cherche à prouver l’existence de quelqu’un, il me semble que l’on va directement à l’état civil et pas dans les archives désordonnées d’une police dépassée ou dans celles d’un journal local).
Je tourne la dernière page et m’entend dire “mouais, bof”, ce qui résume bien le sentiment laissé par ce livre.

Cote
6/10

Dates de lecture
27/09/2018 au 02/10/2018

Sleeping beauties

Auteurs
Stephen King & Owen King

Résumé
Un phénomène inexplicable s’empare des femmes à travers la planète : une sorte de cocon les enveloppe durant leur sommeil et si l’on tente de les réveiller, on prend le risque de les transformer en véritables furies vengeresses.
Bientôt, presque toutes les femmes sont touchées par la fièvre Aurora et le monde est livré à la violence des hommes.
À Dooling, petite ville des Appalaches, une seule femme semble immunisée contre cette maladie. Cas d’étude pour la science ou créature démoniaque, la mystérieuse Evie échappera-t-elle à la fureur des hommes dans un monde qui les prive soudainement de femmes ?

Avis
Je serais curieux de connaître la répartition de travail entre le père et le fils car je trouve ce livre assez inégal.
L’idée et le début m’ont séduit mais la chantilly n’a pas pris et je me suis ennuyé sur la longueur.
En lisant ce livre, j’ai pensé à “le Fléau”, autre livre de Stephen King, que j’avais trouvé également long et lassant. J’ai retrouvé ce même sentiment d’être perdu par l’auteur, ne sachant plus où il veut aller.
Bref, je sors déçu de cette (longue) lecture autant sur la qualité d’écriture que sur l’intérêt du synopsis.

Cote
6/10

Dates de lecture
11/09/2018 au 26/09/2018

Un matin plus tranquille

Auteur
Gabrielle Desabers

Résumé
Brest, avril 2016.
Valérie Labbé regarde les heures défiler avec inquiétude depuis la disparition de son fils unique, Thomas, 17 ans. A-t-il fini par adhérer aux idées haineuses de son ex-mari qui semble s’être volatilisé lui aussi ?
Dans un petit village, 80 ans plus tôt.
Frida, qui rêve de devenir infirmière, se bat pour sortir de sa condition. Les bouleversements que connaît l’Europe vont-ils lui ouvrir des possibilités inespérées ou au contraire la plonger en pleine tourmente?
L’enquête piétine, les mystères s’intensifient…
Qu’ont-ils tous à cacher ?

Avis
Too much, c’est le sentiment qui me reste en terminant ce livre.
Too much car trop d’histoires en parallèle.
Too much car c’est un vrai monde de Bisounours où tout finit bien.
Too much car tout semble exagéré.
Aussi, quand est-ce que les auteurs vont arrêter de toujours créer une histoire d’amour entre le policier et la victime. Bon sang, un peu d’originalité, que diable. Dans tous ces romans c’est toujours pareil.
Bref, un livre agréable, émouvant mais too much pour en faire un incontournable.

Cote
6/10

Dates de lecture
05/09/2018 au 11/09/2018

Tu ne sauras jamais combien je t’aime

Auteur
Daniel Prévost

Résumé
Brutalement, Daniel perd sa femme. Désespérément seul, il affronte son passé, ses démons, et son enfance marquée par des abandons successifs, lui qui n’a jamais connu son père. Comment accepter d’être dépossédé, à douze ans, de l’amour exclusif de sa mère – éprise d’un nouvel homme ? Et comment oublier cette amitié – née au cours d’un été – avec Paco et Rosita, deux camarades espagnols ? À travers eux, l’Espagne est venue à lui ; une Espagne fantasmée et poétique qui ne le quittera jamais. Il est des rencontres imprévues qui changent une existence… Mais, Daniel aura-t-il la force d’aimer encore ?

Avis
C’est mon premier “Prévost” et je le découvre donc en tant qu’auteur. Je pensais lire une auto-biographie mais ce n’est pas le cas même si on sent qu’il s’est très fortement inspiré de son histoire.
Le style est déroutant car loin de celui d’un écrivain classique et on est plus proche du livre intime. Et pourtant on s’accroche à ce personnage qui ne cesse de se poser des questions.
Sa fragilité devant l’inconnu alors qu’il parait être un homme d’expérience.
Ces relations difficiles avec son fils et sa belle-fille.
Et enfin son attitude d’ado devant cette nouvelle rencontre, Muriel.
Tout cela nous attache à Daniel et nous fait glisser le long de ce petit bout de vie en dévorant ces pages.
En résumé, ce n’est pas un prix littéraire mais une lecture agréable.

Cote
6/10

Dates de lecture
19/07/2018 au 20/07/2018

La mare au diable

Auteur
George Sand

Résumé
Un jeune veuf, Germain, vit avec ses beaux parents et ses trois enfants. Son beau-père le pousse à se remarier pour le bien des enfants. Germain accepte de rendre visite à une veuve d’une région voisine qui cherche un nouvel époux.
Il accepte d’accompagner Marie, une jeune fille qui a trouvé une place dans une ferme de la même région. Un des enfants de Germain, Petit-Pierre, a réussi à les suivre. Marie s’occupe de lui comme une vraie mère.
Alors qu’un orage éclate, ils se réfugient dans la forêt et campent au bord d’une mare. Marie et Germain discutent, se confient et se rapprochent l’un de l’autre dans ce lieu d’enchantement.
Arrivés à destination, Germain fait face à une désillusion : la veuve a plusieurs prétendants, et Germain se sent humilié par cette compétition. De son côté, le propriétaire de la ferme tente d’abuser de Marie, qui fuit dans les bois avec le fils de Germain.

Avis
“Ouïlle, ça est pas moderne hein”, comme on dirait à Bruxelles
“Mais c’est tellement pittoresque” comme dirait Bohort.
C’est de fait très amusant de lire ce vocabulaire, cette tournure de phrase, ces discussions polies, …
Mais c’est surtout amusant de relever les rapports humains et les comparer à ceux d’aujourd’hui.
C’est donc une lecture très intéressante  qui vous attend. Le livre est de surcroit très court donc vous ne perdrez pas votre temps.
Et comme moi vous pourrez dire que vous avez lu un George Sand si ce n’était déjà fait.

Cote
6/10

Dates de lecture
14/06/2018 au 15/06/2018